Laurent et les p’tits colibris écologiste

TOURNAI > ENSEIGNEMENT SPÉCIAL
Laurent et les p’tits colibris écologiste

La Une

Le cadet du Roi Albert II a apprécié l’aspect concret de l’enseignement chez les P’tits Colibris

Page 8

KAIN ECOLE “LES P’TITS COLIBRIS”

Laurent chez les petits princes de l’écologie

Le prince a visité des écoliers pleins de talents qui veulent participer à un monde meilleur

Difficile de faire tenir les enfants en place, même ceux du comité d’accueil, petit drapeau à la main. Alors on les a laissés s’égayer dans la cour de récréation. Une institutrice en profite pour faire les dernières recommandations : “C’est le prince Lauret ! Pas Roland comme disent certains… Je sais que ça se ressemble mais quand même !”…
Un policier sonne la fin de la récré : “Il est là dans cinq minutes !” Le petit comité d’accueil se reforme en vitesse et la cour s’ordonne en haie d’honneur. Des battements de mains rythmés remplacent le joyeux brouhaha.
Encadré de deux motards, le monospace Mercedes Viano aux vitres teintées fait son entrée. Le prince Laurent est au volant. Il descend dans un soudain silence, vite brisé par les bravos venus de riverains, contenus à l’entrée de l’école.
Accueilli par M.Etienne Espeel, le directeur des “P’tits Colibris”, par le bourgmestre Christian Massy, par le gouverneur du Hainaut Claude Durieux et par Jean-Luc Crucke, député-bourgmestre de Frasnes, le prince envoie vite quelqu’un libérer l’accès pour que tout le monde puisse entrer et participer…

Un panier de produits régionaux et des albums de Martine en cadeau. “Les livres préférés de Louise !” (B.Libert)

En passant entre la haie d’honneur, Laurent a reçu les premières demandes d’autographes. “Je ne peux pas signer”, s’excuse-t-il, désolé de devoir refuser les photos qu’on lui tend et où il est souvent en compagnie de Claire…
Dans le réfectoire, les “P’tits Colibris” ont installé des stands qui racontent les différents projets menés dans les classes. L’illustre visiteur y est accueilli au son d’un orchestre de petits flutistes, Laurent s’écarte pour laisser deux dames mieux profiter du concert qui fut chaleureusement applaudi. Applaudis aussi, les jeunes et audacieux acrobates, très inspirés par le cirque qui est venu un jour à l’école. Le prince put entendre ensuite des explications sur la ruche (“Les faux bourdons ne font rien. Ils servent juste à faire des bébés”, explique un écolier. “C’est un peu la vérité dans la vie de tous les jours”, commente Laurent…), sur l’entretien du cheval, sur la coccinelles et sur toutes les activités qui ont valu aux “P’tits Colibris” d’être primés par le Festival Natura 2000.
Le prince Laurent marqua un vif intérêt pour cet enseignement essentiellement basé sur le concret : “Ce devrait être la règle aussi dans les écoles ordinaires”, dit-il. “Sans doute, mais ce qui est possible ici avec 13 enfants par classe, ne l’est plus quand ils sont 26…”, répondit M.Espeel.
Il y avait encore bien des choses à voir : le tableau sur l’histoire de la Belgique et de la dynastie, le stand sur le corp humain, les bébés lapins nains, les nichoirs, et puis le gros tilleul de la cour, le parc et les activités sensorielles qui y avaient été installées, et puis le potager…
La pluie avait cessé à temps. Elle faisait monter de la terre une bonne odeur de nature qui doit être celle du bonheur pour les enfants des “P’tits Colibris”. Le prince Laurent aurait dû venir avec Claire et la petite Louise…

Jean-Michel Eloi.


Des petits flûtistes très doués en guise de bienvenue – Les enfants ont inventé un cluedo – un jeu d’enquête – sur l’environnement. (B. Blibert)

En bref :

LA COLLE DU PRINCE

Devant le tableau réalisé par les écoliers et qui retrace 175 ans de notre histoire, le prince interroge sa suite : qui a précédé Léopold Ier à la tête de la Belgique indépendante ? “Un régent” répond le gouverneur Durieux. Mais tout le monde sèche sur le nom. “Surlet de Chokier”, dit Laurent. On apprend tous les jours quelque chose aux “P’tits Colibris”…

ETIENNE ESPEEL, DIRECTEUR DES “P’TITS COLIBRIS”

Une belle reconnaissance du talent des enfants


Etienne Espeel a les yeux qui brillent et même ses mains se mettent à parler pour dire sa fierté et sa gratitude : “Je remercie beaucoup le prince de s’être penché sur ces enfants. Ils sont si souvent oubliés dans un monde si dur… Sa visite, c’est une reconnaissance pour leur travail et pour toute l’école et, pour moi, c’est ce qu’il y a de plus beau. Et puis le regard des parents ! Ils voient que leurs enfants réalisent des choses de valeur…”
Ses enfants, c’est visiblement la raison d’être de M.Espeel, le directeur des “P’tits Colibris”. L’école libre d’enseignement spécialisé de Kain accueille des écoliers qui éprouvent des difficultés d’apprentissage, soit à cause de problèmes d’abstraction (Type 1), soit qu’ils souffrent de troubles de l’écriture ou de la concentration malgré un QI parfaitement dans la norme (Type 8)
“Ce sont des enfants qui ont un bon potentiel mais qui ont besoin de concret. Nous travaillons donc sur bases des projets pédagogiques précis pour leur rendre leur confiance en eux. Nous avons fait venir un cirque à l’école, organisé un stage d’équitation et, depuis janvier, nous travaillons sur l’environnement, surtout que nous avons la chance de disposer d’un espace vert qui est essentiel pour les élèves”.
Pourquoi dès lors ne pas participer au concours Natura 200 qui avait déjà valu un prix à l’école l’an passé ?
S’il affirme avoir été étonné d’apprendre que les “P’tits Colibris” avaient à nouveau été primés, M.Espeel avoue ensuite n’avoir jamais douté : “Leur travail est exceptionnel ! Et tout vient d’eux, de A à Z. Le concours est ouvert aussi aux établissements ordinaire et que ce soit nous qui le remportions, c’est à la fois une revanche et une fierté. C’est la preuve des compétences, du talent de ces enfants. Car du talent, ils en ont, même s’il faut peut-être plus de temps pour le faire éclater…”
Comme prix, les classes gagnantes avaient la possibilité de participer à une activité avec le prince Laurent. Mais plutôt que de partir, elles ont préféré inviter le prince à Kain pour que tous les “P’tits Colibris” soient mis à l’honneur.
“Rien n’est possiblesi le travail n’est pas fait en équipe et je dois dire que la mienne est extraordinaire.
JME

Les chiffres:

165 écoliers
de 6 à 13 ans fréquentent les “P’tits Colibris”

13 classes
accueillent les écoliers, selon leur âge et leur niveau.

20 %
C’est la proportion d’écoliers qui peuvent rejoindre l’enseignement classique au terme de leurs primaires aux “P’tits Colibris”

2 prix
Natura 2000 ont été remportés cette année par l’école de Kain, en catégorie vidéo et illustration.

15 activités
sur les cinq sens ont été présentées au prince Laurent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.