Quel cirque !

Il s’en passe des choses dans et autour des écoles : coup de projecteur sur quelques projets, réalisations, ou propositions à mettre en oeuvre. Poussez la porte !

Quel cirque !

D’aucun vous le diront : diriger une école, c’est tout un cirque ! Mais dans le cas des Petits Colibris de Tournai, l’expression est à prendre au pied de la lettre. Cette année, en effet, un cirque du Val de Loire (un vrai de vrai, avec chapiteau, artistes et caravanes) est venu s’installer dans la cour de cet établissement d’enseignement fondamental spécialisé. Pendant une semaine, 110 enfants de 6 à 13 ans, atteints d’arriération mentale légère ou de troubles instrumentaux et connaissant souvent des situations familiales problématiques, ont fait de la “circo-motricité”.

Pourquoi avoir choisi d’axer une semaine d’animation sur le thème du cirque ? “Tout simplement, nous explique Etienne ESPEEL, directeur de l’école Les Petits Colibris, parce que Tournai est une ville où les arts du cirque sont particulièrement mis en valeur. Ils font partie de notre patrimoine. Mais ce n’est pas la seule raison. Nous nous sommes rendu compte que très peu de nos élèves avaient eu l’occasion de voir un vrai spectacle de cirque. D’autres directeurs de la région avaient déjà mené à bien des projets tournant autour de ce thème, mais c’était la première fois que cela se faisait dans l’enseignement spécialisé”.
Les enseignants ont mordu à l’hameçon et la mobilisation a rapidement pris de l’ampleur. Tout le monde, parents y compris, a mis la main à la pâte pour trouver les moyens nécessaires. ” Plutôt que de faire plaisir à un petit groupe d’élèves en leur permettant de partir en classes vertes, nous avons préféré nous investir pour un plus grand nombre”.
Guidés par les professionnels du cirque, les enfants se sont essayés, en petits groupes , au mime, à la jonglerie, à l’équilibre sur balle ou au saut à la corde. Du lundi au mercredi, tout le monde a testé l’ensemble des activités. Le jeudi, on a ciblé une discipline pour chacun et on a préparé assidument le spectacle du lendemain. Un spectacle qui, vu son succès, a d’ailleurs dû être dédoublé.
Quel peut être l’intérêt de monter une telle animation ? ” Je parlerai plutôt des intérêts, insiste E.ESPEEL. Cette initiative a démarré début octobre, ce qui a permis aux enfants et à leurs instituteur(-trice)s de faire connaissance dans un contexte nouveau. Diverses compétences ont été travaillées à partir du thème du cirque. Les enfants ont pu montrer des aptitudes insoupçonnées et leurs parents en ont été particulièrement fiers. C’est à l’occasion d’une telle expérience qu’on se rend compte, dans le groupe, qu’on a autant besoin du “petit gros” que du “gringalet” pour monter le chapiteau ou réaliser une pyramide humaine. Les enfants ont pris conscience, aussi, de la rigueur nécessaire à la mise au point des numéros. Faire le clown, par exemple, ne s’improvise pas. Cela a permis de faire mieux accepter, par la suite, les règles à respecter dans l’établissement. Un autre aspect positif peut être évoqué : la presse écrite, la radio et la télé ont largement fait connaitre notre projet. Cela a contribué, je pense, à une réelle ouverture de l’école sur le quartier. Des voisins se sont investis à nos côtés. Jusque là, ils se méfiaient un peu des élèves”à problèmes” accueillis aux Petits Colibris. A présent, on ne nous regarde plus du tout de la même manière. Pour moi, le bilan est plus que positif ! Il a suffit, au départ, de quelques personnes motivées, la magie du cirque a fait le reste…”.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.